Structure et Régénération des Peuplements naturels de Balanites Aegyptiaca (L.) Del. et Ziziphus Mauritiana Lam. suivant un Gradient écologique dans la Région de Maradi au Niger

Author Biographies

Rabiou Habou

Département des Productions Végétales

Université de Diffa

Niger

Moussa Massaoudou

Institut National de la Recherche Agronomique du Niger

Niger

Tougiani Abasse

Institut National de la Recherche Agronomique du Niger

Niger

Mahamane Ali

Département de Biologie

Université Abdou Moumouni de Niamey

Niger

Mahamane Larwanou

Faculté d' Agronomie

Université Abdou Moumouni de Niamey

Niger

Patrick Van Damme

Université de Gand

Belgique

Czech University of Life Sciences

Prague

Czech Republic

Main Article Content

Rabiou Habou

Moussa Massaoudou

Tougiani Abasse

Mahamane Ali

Mahamane Larwanou

Patrick Van Damme

Published Jun 15, 2020

Abstract




Les espèces ligneuses jouent un rôle important dans la vie des populations locales. Parmi les espèces couramment utilisées au Niger figurent Balanites aegyptiaca et Ziziphus mauritiana. Ces deux espèces sont exploitées comme sources alimentaires et pour divers produits médicinaux, avec comme conséquence une réduction de leurs peuplements. La présente étude vise à analyser la structure des peuplements et les modes de régénération des deux espèces dans deux secteurs agro-écologiques contrastées de la région de Maradi au centre sud du Niger. Au total, 60 relevés ont été délimités, d’une part dans des formations naturelles dominées par ces espèces, et d’autre part dans les systèmes agrosylvopastoraux des secteurs sahélien et sahélo-soudanien. Dans chaque placette et sur chaque arbre, le diamètre à 1,30 m au rasdu sol , la hauteur totale et deux diamètres perpendiculaires de houppier ont été mesurés. L’inventaire de la régénération a été effectué dans 5 placeaux. La nature de la régénération (drageon, marcotte, semis naturel), la hauteur totale et le nombre de tiges de chaque plantule ont été notés. La densité de B. aegyptiaca ne varie significativement entre sites et entre secteurs. Par contre, la densité de Z. mauritiana varie significativement entre sites et entre secteurs. En effet, le site de Birni Lallé, situé dans le secteur sahélien strict, et le site de Kegil dans le secteur sahélo-soudanien ont les densités les plus élevées de Z. mauritiana avec respectivement 66,4 ± 52,5 et 77,5 ± 61,4 arbres/ha. L’analyse de la distribution des tiges par classe de diamètre montre que pour les deux espèces, les individus jeunes sont bien représentés. Cela suggère une bonne régénération de ces espèces. L’analyse de la densité et nature de régénération montre que les deux espèces se régénèrent essentiellement par drageonnage. En réponse au ramassage des fruits pour diverses utilisations, les espèces B. aegyptiaca et Z. mauritiana ont développé des stratégies alternatives de propagation en zone sahélienne. Cette aptitude à la propagation végétative permet aux deux espèces de s’adapter en zones arides caractérisées par la sécheresse et les hautes températures.


MOTS CLÉS : DISTRIBUTION DES ESPÈCES LIGNEUSES, B. AEGYPTIACA, Z. MAURITIANA, MARADI, NIGER, SAHÉLO-SOUDANIEN [83]






afrika focus — Volume 33, Nr. 1, 2020 — pp. 83-104








RABIOU HABOU, MOUSSA MASSAOUDOU, TOUGIANI ABASSE, MAHAMANE ALI, MAHAMANE LARWANOU & PATRICK VAN DAMME






Wood species play an important role in the life of local communities. Among the species commonly used in Niger, are Balanites aegyptiaca and Ziziphus mauritiana. This species are exploited as food sources and as various medicinal products, with a consequent reduction in their populations. The present study aims to analyze the stand structure and the regeneration modes of the two species in two contrasting agro-ecological sectors of the Maradi region in south central Niger. A total of 60 surveys were delineated in natural formations dominated by these species and in agrosilvopastoral system in the Sahelian and Sahelo-Sudanian zones. On each tree, the diameter at 1.30 m from the ground, the total height and two perpendicular tree crown diameters were measured. The inventory of natural regeneration was carried out in 5 plots delineated in each plot. The mode of reproduction of the regeneration (suckers, marcots, natural seedlings) was recorded as well as the total height and the number of stems of each juvenile were. The density of B. aegyptiaca does not vary significantly between sites and between sectors. The Birni Lallé site, located in the strict Sahelian zone, and the Kegil site in the Sahelo-Sudanese sector stand out in terms of Z. mauritiana density with respectively 66.4 ± 52.5 and 77.5 ± 61.4 trees. /Ha. The analysis of the diameter class structure shows that for both species, young individuals are well represented. This suggests strong regeneration among these species. The analysis of the density and nature of regeneration shows that the two species regenerate mainly by suckering. In response to the collection of fruits for various uses by local populations, B. aegyptiaca and Z. mauritiana have developed alternative propagation strategies in the Sahelian zone. This ability to propagate vegetatively allows these two species to adapt to arid areas characterized by drought and high temperatures.


KEY WORDS: DISTRIBUTION OF WOODY SPECIES, B. AEGYPTIACA, Z. MAURITIANA, MARADI, NIGER, SAHELO-SUDANESE





Article Sidebar