Sermo multorum auditus offendens? Hoe slecht was het Latijn van de Merovingische hagiografen?

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Samenvatting

L’écrit de l’époque précarolingienne traîne derrière lui la réputation d’être rédigé en une
langue qui est à la fois savante et de mauvaise qualité : les auteurs méprisaient la langue
parlée mais bafouaient la grammaire latine. Nous proposons une interprétation plus
nuancée, en tenant compte notamment de l’impact de l’idéologie sur la langue et de
rapports complexes et fluctuants entre langue parlée et langue écrite. Nous illustrerons
cette approche par une confrontation détaillée de quelques fragments d’une
hagiographie anonyme du VIIIe siècle – la Vita Goaris – et sa réécriture carolingienne
par Wandalbert de Prüm au IXe siècle.

##plugins.themes.bootstrap3.article.sidebar##